Conflit·Intelligence collective·Leadership

La coopération passe par une réparation des liens

adults-business-people-businesswomen-1803741

Nous sommes aujourd’hui face à la nécessité de développer de nouveaux savoirs-être face aux crises profondes que connaît notre société. Les défis sont nombreux.

Comment maintenir une cohésion dans les équipes, dans les villes, comment amener à travailler ensemble des gens qui refusent de se parler, comment travailler et vivre avec les autres dans l’espace public, comment faire autorité en tant que chef d’entreprise face à une nouvelle génération d’employés, ou en tant qu’enseignant face à des élèves qui ont la haine, comment motiver des professionnels qui n’ont plus de motivation à bien travailler ?

Dans mon travail quotidien, j’observe qu’il est difficile pour tout un chacun de vivre ou de travailler avec des gens que l’on n’a pas choisi, de reconnaître les peurs et les angoisses que ces situations réveillent, de trouver des moyens de sortir du sentiment d’impuissance, de la victimisation sans chercher des coupables, des causes échappant à notre propre responsabilité et donc sans exercer de violences à notre tour.

Savoir travailler ensemble aujourd’hui demande d’apprendre à coopérer dans le conflit. En effet, le conflit est devenu inévitable dans nos sociétés car nous ne sommes pas toujours d’accord les uns avec les autres. Le conflit permet de valoriser les complémentarités. Il les enrichit tout en permettant de tenir compte des besoins parfois contradictoires des personnes. Sans le conflit, il est impossible de dialoguer, de faire entendre ses points de vue, de trouver sa place, de contribuer à une œuvre commune. Cet apprentissage du conflit permet de véritablement travailler ensemble, relever les défis et résoudre des problèmes de plus en plus complexes, de renforcer la coopération.

Ainsi, la coopération ne peut ni se décréter par des lois ou des règlements, ni s’enseigner de manière didactique, ni se développer par imitation ou adaptation a des schémas ou des modèles. Ces qualités d’être se développent à travers une guérison de nos relations avec nous-mêmes avec les autres, par un changement personnel rendu possible par la connaissance de nos propres violences et par le développement d’une responsabilité et d’une autonomie libérées des dogmatismes, des conditionnements idéologiques et des rigidités issues des blessures et des souffrances accumulées dans nos vies familiales et sociales.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s