Conflit·Démocratie·Diversité

Une vision nouvelle du vivre ensemble

vivre ensemble

L’expression « vivre ensemble » a été utilisée par Charles Rojzman dès les années 1980. Les groupes de projets qu’il menait dans diverses villes et régions consistaient à aider les groupes d’acteurs à surmonter les difficultés à se rencontrer et se parler à cœur ouvert afin de leur permettre de développer une intelligence collective réelle, les aider à se libérer des impasses de la victimisation et du sentiment d’impuissance.

Aujourd’hui, cette expression est employée tous azimuts avec l’idée que cela serait une panacée, la solution miracle à tous nos problèmes. Il suffirait d’être d’accord de vivre ensemble pour que, par miracle, tous nos problèmes disparaissent. En somme, faire connaissance avec l’autre ferait disparaître les séparations, la distance et l’inquiétude qu’il suscite. En conséquence, la peur de l’autre est stigmatisée, moralement interdite, afin d’obliger les uns et les autres à cohabiter en paix.

Vivre ensemble supposerait dans cette vision des choses que les conflits ne doivent pas exister. Nous devons tous nous aimer ou du moins tolérer les différences de l’autre. L’idée est belle et louable, mais elle omet une réalité de la vie : nous ne sommes pas seulement différents, nous sommes aussi en désaccord, nos avis, nos valeurs divergent ainsi que nos manières de concevoir la vie en société, l’éducation, le civisme, la religion, le bien et le mal…

Dans une vision réaliste des êtres humains et de leurs relations, il s’agit d’accepter que la vie sociale, les rapports de travail ou de voisinage, la vie politique sont régulièrement traversées par des tensions, voire des violences, et qu’il importe de savoir les gérer. Vivre sans conflits, cela revient à taire ce que l’on pense, ce que l’on désire, renoncer à se défendre lorsqu’on nous attaque, faire plaisir à l’autre même si l’on n’est pas d’accord, tout cela au nom d’une entente parfaite. Cela signifie tout accepter des autres, parfois au détriment de nos propres intérêts ou de nos propres convictions. Or, il ne s’agit pas de tolérer tous les discours et tous les actes pour construire une société sans heurts.

La Thérapie Sociale que nous pratiquons repose sur une vision nouvelle du vivre ensemble. Elle cherche à construire des liens sociaux entre les êtres humains qui soient le reflet d’un désir de vivre et d’agir collectivement, issus d’un processus de rencontre et de responsabilisation réciproque et non d’une imposition idéologique ou d’injonctions morales. Notre délicate mission d’êtres humains est de faire société avec les gens tels qu’ils sont, inégaux, apeurés, angoissés, névrosés et aussi créatifs, entreprenants, constructifs, coopératifs, aimants. Ce n’est que grâce au conflit que l’on peut parler ensemble du réel et agir de manière réellement démocratique. Accepter chaque être humain n’est pas égal à tout tolérer, cela signifie accepter de vivre avec des conflits. Pour nous préserver de la violence.

 

Conflit·Diversité·Vie émotionnelle·Violence

Face aux défis de l’intégration: favoriser les conflits

p1160159-min

Un monde globalisé qui souhaite préserver son mode de vie démocratique est nécessairement confronté à un défi complexe : entretenir et renforcer la cohabitation, faire société tous ensemble dans une grande diversité. Peinant à intégrer cette diversité dans un projet commun, l’Europe est aujourd’hui sur le point de se déchirer.

Cette polarisation croissante de la société civile autour des questions liées à l’intégration et à l’accueil des migrants aggrave la crise du lien social. Pourtant, comme toute crise, cette situation constitue certes un danger mais également une opportunité. Nous pouvons éviter de nous diriger vers des formes plus extrêmes de xénophobies et de replis communautaires, à condition de recréer de véritables dialogues entre des personnes et des groupes qui ne se parlent plus et qui ont des visions divergentes, voire contradictoires, de ces questions.

Nous pensons qu’un tel débat doit avoir lieu au niveau local de manière généralisée et au niveau plus global des institutions et des politiques régionales et nationales.

Au niveau local, il est possible d’agir très rapidement. L’approche de Thérapie sociale que nous développons, issue de nombreuses expériences menées ces dernières décennies, consiste à recréer des espaces de coopération entre des acteurs qui sont aujourd’hui souvent séparés ou isolés. Il s’agit de recréer un lien durable entre citoyens (autochtones et étrangers, associations, acteurs bénévoles, commerçants) et les professionnels de l’éducation, de la sécurité ou de l’intervention sociale, de la santé, de la prévention.

Mais attention, il ne suffit pas de créer des rencontres pour espérer recréer du lien et de la coopération. Il importe de soigner les relations entre les gens, entre les groupes d’appartenance. Qu’entendons-nous par soigner ? Les méfiances, les sentiments d’injustice, de discrimination, la haine, l’impuissance entraînent beaucoup de peur et de victimisation auprès de toutes les parties de la société. Nous ne proposons donc pas une psychothérapie des personnes mais un travail sur ces peurs, sur les défiances et les préjugés qui génèrent toujours beaucoup de violence lorsqu’ils sont masqués.

Les conflits autour de la diversité sont inévitables et ne peuvent assurément être résolus sans une prise en compte des émotions. Il s’agit d’un préalable incontournable pour favoriser l’action citoyenne dans la diversité. En effet, notre expérience dans différents pays, différents contextes a démontré que la diversité n’est jamais un problème en tant que tel. C’est l’incapacité d’entendre l’autre, de le comprendre même si nous sommes en désaccord, de voir en lui un adversaire certes, mais un être humain comme nous, qui empêche de vivre ensemble dans la diversité. Cela étant valable bien entendu pour les uns et les autres. La violence dans la relation, qu’elle prenne la forme de l’indifférence, du prosélytisme actif ou du fanatisme religieux et idéologique, constitue toujours un obstacle à la bonne entendu entre les individus et les groupes.   Il s’agit donc de créer les conditions de dialogues conflictuels là où les désaccords existent, afin d’éviter les divisions, séparations, ghettoïsations et la montée des extrémismes de tous bords.

Ainsi, nous pourrons traiter des conflits même profonds qui risquent de se transformer en violences collectives, en repli identitaire ou communautaire, en tentations autoritaires et xénophobes. Pour éviter ces dérives, la mise en place de solutions concertées est indispensable, sans quoi ce ne peut être un véritable projet de société. Pour réussir le délicat défi de l’intégration, un travail d’intégration et de développement citoyen doit donc permettre des conflits constructifs non seulement entre autochtones et migrants, mais bien au-delà.

Il implique un dialogue conflictuel au départ mais qui permette une réconciliation entre des groupes et des milieux aujourd’hui très opposés. Entre les partisans d’idéologies opposées dans la société d’accueil, entre les professionnels des institutions et organisations qui ne poursuivent pas toujours les mêmes buts, et aussi entre des migrants d’origines, de statuts, de confessions et de parcours très divers et sources de nombreuses tensions et crispations qui peut malheureusement contribuer en partie aussi à l’échec de leur intégration.

Pour se former : Vivre ensemble s’apprend ! 

 

 

Conflit·Intelligence collective·Leadership

La coopération passe par une réparation des liens

adults-business-people-businesswomen-1803741

Nous sommes aujourd’hui face à la nécessité de développer de nouveaux savoirs-être face aux crises profondes que connaît notre société. Les défis sont nombreux.

Comment maintenir une cohésion dans les équipes, dans les villes, comment amener à travailler ensemble des gens qui refusent de se parler, comment travailler et vivre avec les autres dans l’espace public, comment faire autorité en tant que chef d’entreprise face à une nouvelle génération d’employés, ou en tant qu’enseignant face à des élèves qui ont la haine, comment motiver des professionnels qui n’ont plus de motivation à bien travailler ?

Dans mon travail quotidien, j’observe qu’il est difficile pour tout un chacun de vivre ou de travailler avec des gens que l’on n’a pas choisi, de reconnaître les peurs et les angoisses que ces situations réveillent, de trouver des moyens de sortir du sentiment d’impuissance, de la victimisation sans chercher des coupables, des causes échappant à notre propre responsabilité et donc sans exercer de violences à notre tour.

Savoir travailler ensemble aujourd’hui demande d’apprendre à coopérer dans le conflit. En effet, le conflit est devenu inévitable dans nos sociétés car nous ne sommes pas toujours d’accord les uns avec les autres. Le conflit permet de valoriser les complémentarités. Il les enrichit tout en permettant de tenir compte des besoins parfois contradictoires des personnes. Sans le conflit, il est impossible de dialoguer, de faire entendre ses points de vue, de trouver sa place, de contribuer à une œuvre commune. Cet apprentissage du conflit permet de véritablement travailler ensemble, relever les défis et résoudre des problèmes de plus en plus complexes, de renforcer la coopération.

Ainsi, la coopération ne peut ni se décréter par des lois ou des règlements, ni s’enseigner de manière didactique, ni se développer par imitation ou adaptation a des schémas ou des modèles. Ces qualités d’être se développent à travers une guérison de nos relations avec nous-mêmes avec les autres, par un changement personnel rendu possible par la connaissance de nos propres violences et par le développement d’une responsabilité et d’une autonomie libérées des dogmatismes, des conditionnements idéologiques et des rigidités issues des blessures et des souffrances accumulées dans nos vies familiales et sociales.

Conflit·Démocratie·Intelligence collective

Pourquoi la Thérapie sociale aujourd’hui?

Thérapie sociale Institut Charles Rojzman

Partout où nous travaillons, nous constatons l’ambivalence des êtres humains. Leur capacité de destruction et de construction, leur empathie et leur capacité de fraternité, leur capacité de haine, de faire du mal.

Partout où nous travaillons, nous observons une même difficulté à la coopération, autrement dit à vivre et à travailler ensemble en raison de peurs, de méfiances, de préjugés, de toutes ces violences plus ou moins subtiles que nous subissons et faisons subir aux autres.

Si nous parlons de Thérapie sociale, c’est justement par ce que les êtres humains ne sont pas uniquement guidés par la raison et l’intérêt. Les émotions, et en particulier les émotions de groupe, jouent un rôle décisif dans notre vie en société. Notre conscience et notre perception de la réalité peuvent être manipulées par des émotions et des passions, en particulier dans ces situations de crise et de tension qui réveillent des peurs originelles. Les représentations peuvent devenir folles et engendre des conduites violentes, contre soi-même ou contre les autres.

La Thérapie sociale pratiquée et enseignée dans plusieurs pays ne cherche pas à tout prix à défendre la paix, sous prétexte que les conflits ne devraient pas exister entre les groupes humains. Notre méthode est une pratique concrète de transformation de la violence, pour recréer les fondements de la fraternité. Pour cela, nous construisons des espaces de conflits constructifs, permettant le rapprochement des gens et des milieux en dépassant les peurs, la violence et parfois la haine, et en permettant la remise en question de soi et des autres, le partage d’information débarrassé des filtres émotionnels et idéologiques. Et cette réalité est le socle commun qui permet de construire une société solide en retrouvant un lien avec les autres tels qu’ils sont.

 

Conflit·Démocratie·Réconciliation·Violence

Interview de Charles Rojzman à Dresde

2016 01 21 (36)-min

Vous venez à Dresde, pour aider les habitants de la ville qui ont des opinions opposées  à partager leurs expériences et à surmonter les conflits qui les opposent. Sommes-nous les seuls à avoir ce genre de problèmes ?

Partout en Europe, aujourd’hui, les sociétés sont divisées, fracturées même. Une des raisons, est le fossé grandissant entre la politique et les citoyens qui ne sentent pas vraiment représentés par ceux  qu’ils élisent et qui trop souvent des intérêts partisans ou économiques. Ce malentendu entre la politique et les citoyens et ce manque de transparence  nous rend impuissants dans les situations de crise que nous traversons.

Que pensez-vous à ce propos de la crise des réfugiés qui a beaucoup agité l’opinion ici à Dresde et qui a donné lieu à de nombreuses er régulières manifestations ?

J’ai remarqué que beaucoup de colères se sont exprimées  contre les politiques et contre les medias. Cette colère s’explique par la crainte de l’inconnu  que représente cette arrivée massive de réfugiés, crainte surtout de l’islam, puisque la plupart de ces réfugiés viennent de pays musulmans.  Les gens ont peur de ces différences de modes de vie, de valeur, de ces différences civilisationnelles.  Ces peurs sont un obstacle à une bonne intégration de ces populations et elles sont, il faut le remarquer, réciproques.

Devant ces questions, la population est divisée. Je constate une absence totale de dialogue entre ceux qui pensent qu’il est du devoir de l’Allemagne riche d’accueillir ces populations qui fuient la pauvreté ou la guerre et ceux que pensent que le pays a besoin en priorité  de s’occuper de ces propres pauvres et ont peur que ces réfugiés mettent en danger l’identité du pays.  Chacun reste avec son opinion qui est souvent trop manichéenne.

Vous avez créé il y a vingt cinq ans la thérapie sociale ? Que faut il entendre par cette notion de thérapie sociale ?

La thérapie sociale est une « thérapie », parce qu’elle est au départ issue des outils et du « regard »  des psychothérapies, analytiques ou non. Mais elle est aujourd’hui une discipline à part entière. Il s’agit d’une approche approfondie de la gestion de Conflits qui a pour objectif de permettre et de faciliter  la rencontre de personnes qui vivent ou travaillent ensemble et qui ont des normes et des valeurs différentes , et  qui appartiennent aussi à des milieux sociaux ou identitaires différents.  Elle ne consiste pas à pacifier les conflits mais au contraires à leur permettre d’émerger  pour résoudre les problèmes des communautés. Ainsi, par exemple, la Thérapie sociale ne s’attache à lutter contre le racisme, mais elle traite les causes des situations malheureuses qui créent de la peur et de la haine entre les groupes, elle traite les souffrances de tous les acteurs d’un système dans une ville, dans un quartier, dans une institution ou une entreprise.

La « Thérapie sociale » suppose que tous les acteurs d’un Système, ont une part de responsabilité qui n’est bien entendu pas la même mais qu’ils ont besoin de regarder et de reconnaître.  Dans les groupes de Thérapie sociale, personne n’est à priori  estampillé bon ou mauvais. C’est le groupe lui même qui aide chacun à voir sa responsabilité.

Comment fonctionne la thérapie sociale ?

La Thérapie sociale interprète une situation de violence comme un conflit  qui ne parvient à l’expression entre des personnes qui ont des intérêts variés et parfois contradictoires  et donc des réactions émotionnelles. Elle veut créer les conditions d’une véritable coopération qui passe par l’expression des conflits et permet de transformer la violence. Pour cela, elle met en place un véritable processus thérapeutique dans lequel tous sont impliqués.

Comment parvenez-vous à faire se rencontrer des gens qui ne veulent pas se parler et s’écouter ?

Il faut convaincre les gens que ce dialogue leur apportera un gain. Ils ont besoin d’être motivé par autre chose que le dialogue. Ils veulent résoudre des problèmes. Nous avons commencé dans plusieurs quartiers de Dresde et nous allons continuer à inviter les citoyens d’autres quartiers

Ne serait-ce pas plutôt la tache des politiciens d’écouter les préoccupations et les besoins des gens ?

Certainement. Mais parfois, les Politiciens se sentent aussi impuissants que la population qu’ils devraient soutenir ? Eux aussi ont besoin de soutien. Nous avons tous  besoin d’une nouvelle culture démocratique: apprendre à nous écouter les uns les autres, y compris en acceptant les conflits et en essayant de leur trouver des solutions.

Vous avez invité les citoyens ? Ne serait-il pas nécessaire d’inviter  également les politiciens dans un tel processus démocratique 

Les Politiciens viendront dans la deuxième Phase du Processus : le Maire, , les conseillers Municipaux, les Responsables de la Police, de l’Éducation et de nombreux autres. Tous ont besoin des avis et des propositions  des citoyens pour qu’à la fin, grâce à ces échanges,  de bonnes décisions soient prises.

Il faut beaucoup de patience pour arriver à un tel résultat ?

Ce n’est pas une question de patience mais de prise de conscience de la part des décideurs qu’un tel processus est nécessaire.

Pouvez-vous à Dresde voir une chance que de nouveau tous tirent dans le même sens ?

 Oui, et c’est mon souhait.

Auriez-vous une devise pour vous et votre travail?

Je suis un Pessimiste actif. Je vois les périls qui menacent nos sociétés. Je reste lucide et sans illusions mais je reste convaincu qu’il est possible de faire quelque chose, de changer individuellement et collectivement.

Merci pour cet échange !

Propos recueillis par Edith Säuberlich